Moi, moi, moi et moi.

C’est aujourd’hui un mal visible : l’individu, tourné constamment sur lui-même, s’extasiant sur les réseaux sociaux à s’en décrocher la mâchoire, déversant ces autoportraits dans toutes les positons, dans tous les lieux visités et accompagné de tout son environnement le plus personnel, la quintessence du MOI.

Je ne vais malheureusement pas échapper à cette règle car j’ai moi aussi l’envie de partager.
Il ne va pas falloir s’attendre à de gros plans sur ma rhinorrhée purulente ou des clichés montrant les premières acrobaties de mon crapaud buffle domestique.

Non.

Vous allez voir de l’intime, vous allez sentir de l’émotion et vous aurez peur, très peur.
Car devant vos yeux écarquillés et humidifiés par l’immense honneur que je vous accorde vous serez reconnaissants et humbles.

C’est mon cerveau que nous allons décortiquer dans ces articles.
Il va devoir exprimer toute sa puissance face à des rectangles cartonnés enveloppés d’un épais plastique.
Deux grosses paluches dégoutantes vont lui permettre de manipuler ce matériel et affronter les immenses dangers produits par ces infâmes gnomes des montagnes.

C’est donc en toute modestie et avec un brin de second degré que je vais vous proposer quelques réflexions depuis ma caverne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.